Jessica Kerr a présenté le premier jour de Ncrafts 2018 un talk passionnant : The Origins of Opera and the Future of Programming.
L’idée de ce talk est de s’inspirer de l’origine de l’Opera pour améliorer la façon dont nous développons.
Ce talk est typiquement ce pour quoi on se rend chez Ncrafts : un talk qui s’éloigne de la technique, qui prend du recul et qui au final nous inspire quotidiennement.
Jessica est une développeuse américaine qui vit dans le Missouri, elle travaille pour Atomis, une solution d’intégration continue.

La Camerata – l’équipe, le groupe, le compagnonnage

La Camerata Florentine était un groupe de personnes qui se sont rencontrées à Florence au 16ème siècle. Ils se réunissaient car ils s’ennuyaient de la polyphonie, la musique la plus considérée de l’époque, ils la trouvaient trop exigeante intellectuellement.

Ils travaillaient pour trouver la formule optimale de transmission d’émotion pour marier les mots et la musique.
Il y a une ressemblance entre ce groupe et nous :

  • il était composée de profils variés : musiciens, artistes, poètes, astrologues, philosophes, scientifiques / stakeholders, développeurs, Application managers, graphiste, UX designer
  • la forme était à la fois un forum de discussions théoriques, un atelier et un laboratoire / meetup, hackathon, équipe de dev.
  • ils voulaient s’affranchir des écrits remontant à la Grèce antique / les publications informatiques des années 70.
  • Une forte rivalité existait, mais ces tensions ont permis de trouver un équilibre comme un code review peut l’être !

Au final en partageant ses idées et travaux, la Camerata a aboutie à l’émergence d’un nouveau genre musical porteuse de plus de sens. L’histoire leur a donné raison.

Ce succès est dû à la relation individus/équipe. Individuellement il y avait des gens brillants, mais c’est aussi l’équipe qui a permis de faire briller les individus. Ils se sont construits l’un l’autre. On peut retrouver ce foisonnement chez les peintres de la fin du 19eme siècle à Paris. ils travaillaient ensemble pour développer leurs styles individuels.

Plus proche de nous, une Camerata est apparue au sein de la société de service ThoughtWorks. Les consultants londoniens (Jez Humble, Dave Farley, Dan North …) ont réfléchi sur le problème : pourquoi déployer est si compliqué? Ils n’étaient pas tous sur le même projet, mais ils ont échangé et ont fait avancer l’intégration continue.

Ensuite chacun des membres a produit d’autres grandes choses comme le BDD ou les micro services.

Dans tous ces exemples, nous pouvons observer un phénomène: Les grandes équipes font les grandes personnes.
Ce n’est pas en embauchant des développeurs vedettes et en les mettant ensemble que vous allez constituer une super équipe.
C’est l’inverse ! Lorsque vous formez une super team, vous devenez des super devs !

Pourquoi cela fonctionne ?

Jessica utilise le cadre théorique de la symmathesy, qui correspond à l’apprentissage mutuel entre et dans des contextes d’un système : un système d’apprentissage composé de parties qui apprennent : « Sym » = ensemble, « mathesy » = apprentissage.
Dans notre contexte : le système est l’équipe de dev, les serveurs, le code, etc.. Nous apprenons au code à faire de nouvelles choses, nous configurons l’infrastructure, nous discutons et en même temps, nous étudions les logs, les retours utilisateurs, nous apprenons du système.

La difficulté est de comprendre notre système, surtout que chacun a sa propre vision incomplète et périmée ! Nous passons du temps à réconcilier nos modèles mentaux pour communiquer les uns avec les autres.
Pourquoi cette complexité ?

  • Nous ne pouvons pas « entrer » dans le système comme dans Tron, cette barrière est appelée la ligne de représentation.

  • Il est plus facile de construire un système à partir de zéro, de construire le modèle mental au fur et à mesure que de comprendre comment fonctionne un système déjà construit. Pourquoi y a t’il autant de frameworks javascript ? Parce qu’il est plus facile de construire le nôtre que de comprendre React. Cela prend plus de temps mais c’est moins fatiguant. Partager son modèle mental est extrêmement difficile. La solution est de travailler ensemble sur le système, et d’investir dans le transfert de votre modèle mental.

Cela nous amène au conflit entre faire progresser notre réputation et contribuer au groupe.

 » La course à la première place doit être conciliée dans la science avec le besoin et la norme du partage. »
« La reconnaissance et l’estime reviennent à ceux qui ont … apporté une contribution véritablement originale au fonds commun de connaissances. »
Dr. Ruth Katz – Journal of the History of Ideas

La productivité est ma production personnelle. La générativité est la différence entre la production de l’équipe avec moi et sans moi. Si nous commençons à reconnaître et à créditer les actions génératives, nous construisons notre symmathesy.
Pour devenir génial, mettez l’équipe en premier !

Conclusion

L’époque de la Renaissance était propice à l’émergence de nouvelles idées, malgré la volonté d’uniformité de l’Eglise.
Pendant la renaissance, le pouvoir des guildes a disparu, les peintres rencontraient des intellectuels, les sculpteurs des commerçants, etc… et la compétence s’est transformée en Art.
Notre époque est similaire, les devs tendent à avoir plus de liberté malgré une volonté d’uniformisation de l’industrie. Les systèmes sont de plus en plus complexes, les technologies évoluent vites, nous ne pouvons pas maitriser toutes les compétences mais notre arme secrète est l’apprentissage en commun. Pour réussir, il faut être plus qu’un développeur C#, il faut se mélanger avec les autres domaines et diffuser notre savoir.
C’est indispensable de réussir car ce que nous construisons affecte les gens encore plus directement que les œuvres d’art. Le logiciel n’est pas de l’art, c’est la prochaine chose après l’art.
→ devenons des symmathecists dans le domaine du logiciel !!

https://www.youtube.com/watch?v=W9I4loWogqw

http://jessitron.com

 

Une réflexion sur “ [Back from NewCrafts] Devenez symmathecist – Jessica Kerr : The Origins of Opera and the Future of Programming ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *